L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une organisation internationale non gouvernementale, indépendante, dont les 161 membres sont les organismes nationaux de normalisation de 162 pays. Par ses membres, l’Organisation réunit des experts qui mettent en commun leurs connaissances pour élaborer des Normes internationales d’application volontaire, fondées sur le consensus, pertinentes pour le marché, soutenant l’innovation et apportant des solutions aux enjeux mondiaux.

Il était une fois l’ISO

L’histoire de l’ISO débute en 1946 lorsque les délégués de 25 pays, réunis à l’Institute of Civil Engineers à Londres, décidèrent de créer une nouvelle organisation internationale « avec pour objet de faciliter la coordination et l’unification internationales des normes industrielles ». La nouvelle organisation, ISO, entra officiellement en activité le 23 février 1947.
Depuis, l’ISO a publié plus de 21000 Normes internationales dans presque tous les domaines de la technologie et de l’économie.
Aujourd’hui, l’élaboration des normes est assurée par nos membres dans 161 pays et par 3 368 organes techniques. Plus de 150 personnes travaillent à plein temps au Secrétariat central de l’ISO à Genève, en Suisse.

Les principes de l’élaboration des normes ISO
1. Les normes ISO répondent à un besoin du marché

Il n’appartient pas à l’ISO de lancer l’élaboration d’une nouvelle norme. L’ISO répond à une demande exprimée par l’industrie ou d’autres parties prenantes comme les associations de consommateurs. En règle générale, un secteur ou un groupe signale l’intérêt d’une norme au membre de l’ISO pour son pays, qui en fait alors part à l’ISO. Les coordonnées des membres nationaux sont rassemblées dans la liste des membres.

2. Les normes ISO sont fondées sur une expertise mondiale

Les normes ISO sont élaborées par des groupes d’experts venant du monde entier, qui forment des groupes plus grands : les comités techniques. Les experts négocient les normes dans leurs moindres détails, y compris leur champ d’application, leurs définitions clés et leur contenu. Pour en savoir plus, consultez la liste des comités techniques.

3. Les normes ISO sont le fruit d’un processus multipartite

Les comités techniques sont constitués des experts des industries concernées, mais aussi des représentants d’associations de consommateurs, des milieux universitaires, des ONG et des gouvernements. À ce propos, vous pouvez lire Qui élabore les normes ISO?

4. Les normes ISO se fondent sur un consensus

L’élaboration des normes ISO s’inscrit dans une démarche consensuelle et les observations des parties prenantes sont prises en compte.


Schémas du processus normalisation en ISO

norma-proc

Comment l’ISO élabore-t-elle les normes ?
Une norme ISO est élaborée par un groupe d’experts au sein d’un comité technique. Une fois que le besoin d’une norme a été identifié, ces experts se réunissent pour étudier et trouver un accord sur un projet de norme. Dès que le projet est finalisé, il est communiqué aux membres de l’ISO, qui font part de leurs observations et procèdent à un vote. Si le projet fait l’objet d’un consensus, il devient une norme ISO.
Les normes ISO sont élaborées par des groupes d’experts au sein de comités techniques (TC). Ces TC rassemblent des représentants de l’industrie, des ONG, des gouvernements et d’autres parties prenantes qui sont proposés par les membres de l’ISO. Chaque TC se consacre à une question spécifique : il y a un TC pour les filetages, un TC pour la technologie maritime, un TC pour les denrées alimentaires et bien d’autres encore.
L’ISO compte plus de 250 comités techniques. Vous trouverez toutes les informations concernant les comités techniques et, pour chacun, les coordonnées de leur secrétariat et de leur président dans la liste des comités techniques.
Les membres de l’ISO
ISO possède trois catégories de membres, avec différents niveaux d’accès et d’influence dans le système ISO. Ainsi, chacun y a sa place, et l’ISO tient compte des besoins et des capacités des différents membres.
• Les membres à part entière influencent les travaux de normalisation et les stratégies ISO. Ils sont habilités à participer avec plein droit de vote à toutes les réunions techniques et politiques de l’ISO. Les membres à part entière vendent les Normes internationales ISO et peuvent les adopter en tant que normes nationales.
• Les membres correspondants observent la mise au point des normes et des stratégies ISO. Ils sont habilités à assister en qualité d’observateurs aux réunions techniques et politiques. Les membres correspondants vendent les Normes internationales ISO et peuvent les adopter en tant que normes nationales.
• Les membres abonnés sont tenus informés des activités de l’ISO mais ne peuvent y participer. Ils ne sont pas autorisés à vendre les Normes internationales ISO ni à les adopter en tant que normes nationales.
Les pays en développement
Pour les pays en développement, les Normes internationales sont une source importante de savoir-faire technologique. Elles leur permettent d’accéder aux connaissances dans des domaines où ils n’ont pas nécessairement les compétences et/ou les ressources requises.
En outre, les Normes internationales facilitent l’accès aux marchés mondiaux. En définissant les caractéristiques exigées des produits et services sur les marchés d’exportation, elles aident les pays en développement à participer sur une base équitable au commerce international.
Que fait l’ISO pour les pays en développement ?
Dans la composition de l’ISO, qui compte 161 membres, plus des trois quarts viennent de pays en développement que l’ISO aide à tirer le meilleur parti des Normes internationales.
Dans le cadre du Plan d’action de l’ISO pour les pays en développement, l’ISO offrons un certain nombre de programmes pour accroître leur capacité et leur participation à la normalisation, mieux en faire connaitre les avantages et aider à renforcer la coopération régionale.
Exemples récents de nos activités :
• Projet de renforcement institutionnel mené à Myanmar
• Participation à un Projet de l’ONUDI pour renforcer les capacités commerciales
• Projet MENA STAR Projet de renforcement de l’infrastructure institutionnelle de normalisation et de réglementation dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord
• Projet RS MENA Projet pour encourager l’utilisation de la norme ISO 26000 (responsabilité sociétale) dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord

Participation du Maroc (IMANOR) aux TC
• ISO/IEC JTC 1 – Technologies de l’information ( Membre (O) )
• ISO/IEC JTC 1/SC 2 – Jeux de caractères codés ( Membre (O) )
• ISO/IEC JTC 1/SC 7 – Ingénierie du logiciel et des systèmes ( Membre (O) )
• ISO/IEC JTC 1/SC 27 – Techniques de sécurité des technologies de l’information ( Membre (O) )
• ISO/IEC JTC 1/SC 29 – Codage du son, de l’image, de l’information multimédia et hypermédia ( Membre (O) )
• ISO/IEC JPC 2 – Comité de projet mixte – Efficacité énergétique et énergies renouvelables – Terminologie commune ( Membre (O) )
• ISO/TC 4 – Roulements ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 4 – Tolérances, définitions et symboles relatifs aux tolérances (y compris la spécification géométrique des produits) ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 5 – Roulements à aiguilles, à rouleaux cylindriques et à rotule sur rouleaux ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 6 – Roulements “insert” ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 7 – Rotules lisses ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 8 – Charges de base et durée ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 9 – Roulements à rouleaux coniques ( Membre (O) )
• ISO/TC 4/SC 11 – Roulements pour mouvement linéaire ( Membre (O) )
• ISO/TC 5 – Tuyauteries en métaux ferreux et raccords métalliques ( Membre (O) )
• ISO/TC 5/SC 2 – Tuyaux en fonte, raccords et leurs joints ( Membre (O) )
• ISO/TC 23 – Tracteurs et matériels agricoles et forestiers ( Membre (O) )
• ISO/TC 23/SC 18 – Matériels et réseaux d’irrigation et de drainage ( Membre (O) )
• ISO/TC 34 – Produits alimentaires ( Membre (P) )
• ISO/TC 34/SC 3 – Fruits et légumes et leurs produits dérivés ( Membre (O) )
• ISO/TC 34/SC 7 – Epices, herbes aromatiques et condiments ( Membre (O) )
• ISO/TC 34/SC 9 – Microbiologie ( Membre (O) )
• ISO/TC 34/SC 17 – Systèmes de management pour la sécurité des denrées alimentaires ( Membre (O) )
• ISO/TC 34/SC 18 – Cacao ( Membre (O) )
• ISO/TC 37 – Terminologie et autres ressources langagières et ressources de contenu ( Membre (P) )
• ISO/TC 37/SC 2 – Méthodes de travail terminographiques et lexicographiques ( Membre (P) )
• ISO/TC 38 – Textiles ( Membre (O) )
• ISO/TC 38/SC 1 – Essais des textiles colorés et des colorants ( Membre (O) )
• ISO/TC 38/SC 2 – Méthodes d’entretien, de finition et de résistance à l’eau ( Membre (O) )
• ISO/TC 44 – Soudage et techniques connexes ( Membre (O) )
• ISO/TC 46 – Information et documentation ( Membre (P) )
• ISO/TC 54 – Huiles essentielles ( Membre (O) )
• ISO/TC 58 – Bouteilles à gaz ( Membre (O) )
• ISO/TC 58/SC 4 – Contraintes de service des bouteilles à gaz ( Membre (O) )
• ISO/TC 71 – Béton, béton armé et béton précontraint ( Membre (O) )
• ISO/TC 74 – Ciments et chaux ( Membre (O) )
• ISO/TC 92 – Sécurité au feu ( Membre (O) )
• ISO/TC 92/SC 1 – Amorçage et développement du feu ( Membre (O) )
• ISO/TC 92/SC 2 – Endiguement du feu ( Membre (O) )
• ISO/TC 92/SC 3 – Dangers pour les personnes et l’environnement dus au feu ( Membre (O) )
• ISO/TC 92/SC 4 – Ingénierie de la sécurité incendie ( Membre (O) )
• ISO/TC 98 – Bases du calcul des constructions ( Membre (O) )
• ISO/TC 98/SC 1 – Terminologie et symboles ( Membre (O) )
• ISO/TC 98/SC 2 – Fiabilité des structures ( Membre (O) )
• ISO/TC 98/SC 3 – Charges, forces et autres actions ( Membre (O) )
• ISO/TC 138 – Tubes, raccords et robinetterie en matières plastiques pour le transport des fluides ( Membre (O) )
• ISO/TC 138/SC 1 – Tubes et raccords en matières plastiques pour évacuation et assainissement (y compris le drainage des sols) ( Membre (O) )
• ISO/TC 138/SC 2 – Tubes et raccords en matières plastiques pour adduction et distribution d’eau ( Membre (O) )
• ISO/TC 138/SC 5 – Propriétés générales des tubes, raccords et robinetteries en matières plastiques et leurs accessoires — Méthodes d’essais et spécifications de base ( Membre (O) )
• ISO/TC 146 – Qualité de l’air ( Membre (O) )
• ISO/TC 146/SC 6 – Air intérieur ( Membre (O) )
• ISO/TC 147 – Qualité de l’eau ( Membre (O) )
• ISO/TC 156 – Corrosion des métaux et alliages ( Membre (O) )
• ISO/TC 163 – Performance thermique et utilisation de l’énergie en environnement bâti ( Membre (O) )
• ISO/TC 163/SC 1 – Méthodes d’essais et de mesurage ( Membre (O) )
• ISO/TC 163/SC 2 – Méthodes de calcul ( Membre (O) )
• ISO/TC 163/SC 3 – Produits isolants thermiques ( Membre (O) )
• ISO/TC 176 – Management et assurance de la qualité ( Membre (P) )
• ISO/TC 176/SC 1 – Concepts et terminologie ( Membre (P) )
• ISO/TC 176/SC 2 – Systèmes qualité ( Membre (P) )
• ISO/TC 176/SC 3 – Techniques de soutien ( Membre (P) )
• ISO/TC 180 – Énergie solaire ( Membre (O) )
• ISO/TC 180/SC 1 – Climat – Mesure et données ( Membre (O) )
• ISO/TC 180/SC 4 – Systèmes – Performance thermique, fiabilité et durabilité ( Membre (O) )
• ISO/TC 181 – Sécurité des jouets ( Membre (O) )
• ISO/TC 189 – Carreaux en céramique ( Membre (P) )
• ISO/TC 198 – Stérilisation des produits de santé ( Membre (O) )
• ISO/TC 202 – Analyse par microfaisceaux ( Membre (O) )
• ISO/TC 202/SC 1 – Terminologie ( Membre (O) )
• ISO/TC 202/SC 2 – Microanalyse par sonde à électrons ( Membre (O) )
• ISO/TC 202/SC 3 – Microscopie analytique à électrons ( Membre (O) )
• ISO/TC 202/SC 4 – Microscopie électronique à balayage ( Membre (O) )
• ISO/TC 207 – Management environnemental ( Membre (P) )
• ISO/TC 207/SC 1 – Systèmes de management environnemental ( Membre (P) )
• ISO/TC 207/SC 2 – Audit d’environnement et investigations environnementales associées ( Membre (P) )
• ISO/TC 207/SC 3 – Étiquetage environnemental ( Membre (P) )
• ISO/TC 207/SC 5 – Analyse du cycle de vie ( Membre (P) )
• ISO/TC 207/SC 7 – Gestion des gaz à effet de serre et activités associées ( Membre (P) )
• ISO/TC 211 – Information géographique/Géomatique ( Membre (O) )
• ISO/TC 218 – Bois ( Membre (O) )
• ISO/TC 222 Stand by – Conseil en gestion de patrimoine ( Membre (O) )
• ISO/TC 224 – Activités de service relatives aux systèmes d’alimentation en eau potable et aux systèmes d’assainissement – Critères de qualité du service et indicateurs de performance ( Membre (P) )
• ISO/TC 225 – Études de marché, études d’opinion et recherches sociales ( Membre (O) )
• ISO/TC 228 – Tourisme et services connexes ( Membre (P) )
• ISO/TC 229 – Nanotechnologies ( Membre (O) )
• ISO/TC 232 – Services de formation fournis en dehors du cadre de l¿enseignement formel ( Membre (O) )
• ISO/TC 234 – Pêches et aquaculture ( Membre (P) )
• ISO/TC 242 – Management de l’énergie ( Membre (P) )
• ISO/PC 245 – Commerce frontalier des biens de seconde main ( Membre (O) )
• ISO/PC 252 – Stations de ravitaillement de gaz naturel pour véhicules ( Membre (O) )
• ISO/TC 258 – Management de projets, programmes et portefeuilles ( Membre (O) )
• ISO/TC 262 – Management du risque ( Membre (P) )
• ISO/TC 275 – Valorisation, recyclage, traitement et élimination des boues ( Membre (O) )
• ISO/PC 278 – Systèmes de management anti-corruption ( Membre (P) )
• ISO/TC 279 – Management de l’innovation ( Membre (P) )
• ISO/PC 283 – Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail ( Membre (P) )
• ISO/PC 288 – Systèmes de management des organismes d’enseignement ¿ Exigences et lignes directrices pour leur application ( Membre (O) )
• ISO/TC 292 – Sécurité et résilience ( Membre (P) )
• ISO/TC 301 – Management de l¿énergie et économies d¿énergie ( Membre (P) )
• ISO/PC 302 – Lignes directrices pour l¿audit des systèmes de management ( Membre (O) )
• ISO/PC 303 – Lignes directrices concernant les droits et garanties aux consommateurs ( Membre (O) )

Participation du Maroc (IMANOR) aux PDC
• ISO/CASCO – Comité pour l’évaluation de la conformité ( Membre (P) )
• ISO/COPOLCO – Comité pour la politique en matière de consommation ( Membre (O) )
• ISO/DEVCO – Comité pour les questions relatives aux pays en développement ( Membre (P) )